Association "Espoir et partage Zaouite el Batha"

M’hamid l’Ancien,   ksar blotti à au cœur de sa magnifique palmeraie, est le  dernier village au sein d’une des plus grande oasis palmeraie du monde, celle du du fleuve Drâa qui disparaît ensuite sous le sable  du Sahara ; lieu légendaire d’où jadis partaient les grandes caravanes transsahariennes en direction de Tombouctou et Gao pour le commerce des dromadaires.

Ali, fin connaisseur de sa région a décidé de lutter  pour conserver la vie et l’espoir dans ce ksar de construction traditionnel en pisé, de contribuer à protéger son splendide environnement et à mettre en valeur son patrimoine.  Mais il s’agit surtout d’offrir aux  oasiens l’opportunité de rester chez eux en vivant dignement, de sortir les femmes de leur isolement et de donner aux enfants des opportunités de développement personnel.

 Pour tout ceci il a créé l’association « Espoir et partage Zaouite el Batha » auquel il destine une partie de ses bénéfices professionnels.

 Cette association est intimement liée à une association franco-espagnole « les gazelles de M’Hamid ».

Une opération de crowdfunding  menée par cette dernière a permis de restaurer et aménager un local qui est devenu le siège de l’association locale.

 

Une inauguration officielle a eu lieu le  12 janvier 2019 ; ce fut un grand succès  avec réception des autorités locales,  et actuations de clowns et magiciens pour les enfants. Des volontaires de la croix rouge ont été également présents pour recevoir les habitants du village.

L’équipe d’Ali s’est mis en marche et une centaine d’enfants est en train de profiter des connaissances de Lahjila pour les aider dans leurs devoirs mais aussi pour leur donner un espace de loisir et de jeux. Nous avons par ailleurs de «  grandes » ambitions…offrir à ces enfants, qui ne connaissent que leur petit village, des excursions, des rencontres, des sorties…  

 

L’autre   objectif   de l’association est de créer une activité pour les femmes du village intéressées. Cela leur permettra d’obtenir des revenus si nécessaires pour les familles et d’autre part de rencontrer  des personnes de l’extérieur, du Maroc ou d’ailleurs, de transmettre et de partager des connaissances, et de rompre avec le confinement très présent dans ces petits villages.

 

Nous commencerons par l’artisanat traditionnel . 

Quelques femmes du village ont été choisies pour pratiquer dans nos locaux leur art ancestral, confection de tapis, broderie, travail de la feuille palmier. Elles essayeront d’adapter leur connaissance à la fabrication d’objets originaux, insolites pour créer une ligne de produit propre à notre association.

 

Nous avons de nombreuses autres idées, mais, bien sûr, cela demande une étude sérieuse si nous voulons créer des projets durables.  Il faut  d’autre part respecter les traditions, essayer de les adapter à une certaine modernité, tenir compte de la dure réalité des conditions de vie de cette région, au climat extrême, éloignée…et un peu oubliée des grands centres d’activité.

 

 Mais d’un autre côté nous désirons  aussi donner l’occasion aux voyageurs de tout horizon de partager  une expérience de vie unique, aux portes de ce magnifique désert qui vous dépouille du superflu.

 

Nous aimerions vous impliquer dans notre projet, financièrement si possible bien sûr, mais surtout pour vous inciter à participer un temps aux activités de l’association, transmettre des connaissances ou tout simplement échanger avec les oasiens, pour apprendre à se connaître et à se respecter.